Le Bar à Lunettes - Opticien à Liège - Logo Prendre rendez-vous
Rue du Mouton-Blanc 22 - 4000 Liège 04 234 03 83

Blog

13/01/21

Warhol, Velvet Underground et Jacques Marie Mage. … for a walk on the wild side

Nico le charme bohème
Warhol a accueilli de multiples talents au sein de sa « Factory » et la musique et les musiciens y ont joué un rôle important comme en témoignent entre autres sa production du Velvet Underground qui y tenait ses répétitions.
En hommage au Velvet et plus précisément à Nico, chanteuse sur le premier album du groupe et muse de Warhol , Jacques Marie Mage présente The Squeeze inspirée des lunettes noires que Nico portait fréquemment. 
Pochette du premier album du Velvet Underground and Nico ... by Warhol.
Nico ou le charme bohème.

 

Nous l’avons évoqué dans l’article précédent de notre blog, la Factory, à la fois atelier d’artistes et haut lieu de l’underground new-yorkais des années 1960 et 1970, était aussi lieu de fêtes et de débauches … , on y prenait de la drogue, on couchait beaucoup — ainsi que le veut la légende. On y tournait aussi des films, on fabriquait les fameuses sérigraphies de Warhol et le Velvet Underground y répétait sa musique.
Warhol était ,en effet, le producteur de l’album The Velvet Underground & Nico et réalise aussi une pochette devenue célébrissime, avec une belle banane jaune, grandeur nature. Des pochettes de disque, Warhol en fera d’autres. C’est ainsi lui qui conçoit celle, dotée d’une véritable fermeture éclair, de l’album Sticky Fingers, des Rolling Stones. Il dessine aussi pour John Cale (The Academy in Peril et Honi soit) et pour Debbie Harry, chanteuse du groupe Blondie (Rockbird). Les musiciens sont attirés par la Factory comme les papillons. David Bowie lui dédie une chanson. Mick Jagger est un habitué, et les Rolling Stones chanteront Factory Girl. C’est qu’elles sont attirantes, les filles de la Factory. Edie Sedgwick, par exemple, la «pauvre petite fille riche», et les «plus belles jambes de New York», selon les connaisseurs, qui mourut d’une overdose à l’âge de 28 ans, non sans avoir enflammé le coeur de Bob Dylan et introduit Warhol dans la haute société new-yorkaise.

Le Velvet Underground 

La carrière discographique du Velvet Underground n’a duré que trois ans, de 1967 à 1970. À cette époque le groupe n’a eu que peu de succès, ne vendant que quelques milliers d’exemplaires de chacun de ses albums. Le groupe est pourtant devenu au fil du temps l’objet d’un véritable culte, qui dure encore aujourd’hui.Le Velvet est régulièrement présenté comme le pionnier du punk et du rock indépendant mais son influence  sur le mouvement punk, et à travers lui sur le rock moderne, vient plus de l’attitude des membres du Velvet que de leur musique en elle-même.

En offrant un son radicalement opposé aux préférences de l’époque, en imposant leur liberté artistique, en prenant leurs influences dans le chaos et les côtés sombres de l’être humain, Lou Reed et sa bande ont eu une influence déterminante sur de nombreux artistes protopunks comme Iggy Pop et sur le mouvement punk dans son ensemble.

Nico et l’esprit bohème 

Mais qui était Nico, chanteuse sur le premier album du Velvet , muse de Warhol et imposée par lui pour ce premier disque qu’il produit …
Blonde sculpturale dont la voix d’un autre monde a inspiré une génération à venir, Nico incarnait l’esprit bohème d’un passé lointain, une héroïne romantique dont le plus grand regret, avoua-t-elle en 1981, était « d’être née femme et non homme ».

Née Christa Päffgen à Cologne, en Allemagne, en 1938, Nico a passé ses années de formation dans des abris pendant que les Britanniques lâchaient des bombes au-dessus de leur tête, témoignant de la conquête soviétique des troupes allemandes et perdant son père dans un camp de concentration ou dans un choc après la guerre. Muni d’un passeport estampillé “ohne festen Wohnsitz” (pas d’adresse fixe), Nico a voyagé entre l’Allemagne, la France et l’Italie, en apprenant sept langues en cours de route.

Nico ,les débuts du mannequin

Le photographe de mode allemand Herbert Tobias a découvert Nico, alors âgée de 16 ans, mannequin dans un défilé de mode KaDeWe à Berlin, est tombé follement amoureux et lui a donné son nom légendaire en un mot. «Le mannequinat est un travail tellement ennuyeux», a déclaré Nico plus tard au New York Times, indiquant son désir plus profond de quelque chose de plus. Après avoir joué dans quelques publicités télévisées, Nico décroche de petits rôles dans quelques films avant de recevoir une invitation au tournage de La Dolce Vita en 1959. Invariablement, la libertine aux longues jambes a attiré l’attention de Federico Fellini qui lui a donné un rôle mineur dans le film, reconnaissant une diva en devenir.

Nico à New York 

Jamais sans racine, Nico est arrivé à New York, a étudié le théâtre avec Lee Strasberg, est apparu sur la pochette de l’album du pianiste de jazz Bill Evans, Moon Beams, en 1982 et a joué dans le film Strip-Tease de Jacques Poitrenaud en 1963. Mais elle n’avait pas encore trouvé sa place. En décembre, Nico monta sur scène à la discothèque Blue Angel de New York et chanta des standards de jazz comme une Marlene Dietrich moderne. Après avoir rencontré le guitariste des Rolling Stones Brian Jones en 1965, Nico enregistre son premier single “I’m Not Sayin ‘” pour le label Immediate d’Andrew Loog Oldham. Une star est née.

A Paris, Gerard Malanga parle à Nico de la Factory d’Andy Warhol et elle est immédiatement et intensément attirée par le lieu . Elle y arrive au moment le plus opportun puisque Warhol venait tout juste de commencer à gérer le Velvet Underground en tant que groupe house pour « Plastic Exploding Inevitable », une série d’événements multimédias organisés en 1966 et 1967. Aussi convaincants que les Velvets pouvaient l’être , ils avaient besoin de quelque chose de plus – un visage qui tiendrait la foule fascinée. Nico était la femme parfaite pour ce rôle . Sur le premier album du groupe en 1967, The Velvet Underground & Nico, elle a chanté trois chansons, «All Tomorrow’s Parties», «Femme Fatale» et «I’ll Be Your Mirror», ainsi que des chœurs sur «Sunday Morning». ”

Sa beauté captivante, avec son sens extraordinaire du style et de l’équilibre, possédait une dualité profonde qui la distinguait de la foule.

«Nico était spectaculaire», se souvient Paul Morrissey dans Please Kill Me: The Uncensored Oral History of Punk. «Elle avait un charisme certain. Elle était intéressante. Elle était distinctive. Elle avait une magnifique voix grave. Elle avait l’air extraordinaire. Elle était grande. C’était quelqu’un. ”

Chelsea Girl 

Mais qui elle était, comme son album solo de 1967, Chelsea Girl, l’attesterait, était une projection d’hommes. Portant le même nom que le légendaire film de Warhol dans lequel elle a joué, l’album présentait des chansons écrites par Bob Dylan, Lou Reed, John Cale et son amant Jackson Browne, alors dix ans plus jeune que le chanteur de 29 ans. Tout le monde a adoré, tout le monde, sauf Nico. «Je ne peux toujours pas l’écouter», a-t-elle déclaré en 1981.

Jim Morrison, l’un des nombreux amoureux de Nico, l’a encouragée à se lancer dans la composition.

Au cours des deux prochaines décennies, Nico sortira quatre autres albums, l’un après  l’autre un flop commercial, mais ne permettant jamais que cela affecte son dévouement à l’art. Elle est décédée à Ibiza en 1988, après avoir dit à Ari, son fils avec la star de cinéma française Alain Delon, qu’elle allait se rendre en ville à vélo pour acheter de la marijuana. «Je reviendrai bientôt», a dit Nico à Ari, mais elle n’est jamais revenue.

C’est cette « blonde statuesque à l’esprit bohème « qui a aussi inspiré Jacques Marie Mage pour le nouveau modèle « The Squeeze « , résultat d’un deuxième partenariat avec Universal Music Enterprise rendant hommage au Velvet Underground après « White Light » au printemps 2020 , titre du 2 ième album du Velvet et modèle dédié à john Cale par le créateur français établi à Los Angeles.

 

Découvrez The Squeeze et Edie sur notre E Shop https://lebaralunettes.be/product/squeeze/    Edie Squeeze

 

Retour au blog

Réassurances